Waste management in sustainable renovation projects

| 0 comments

Dealing with asbestos on a MountEE pilot projectThe quantity of construction waste generated by building construction and public works sectors is eight times more important than domestic garbage. Almost all waste (inert, not dangerous or  hazardous one) is produced by deconstruction, demolition, rehabilitation and new building construction and, for the public works sector, by earthwork, pipelines and road or rail works.

A REGULATORY FRAMEWORK IN FRANCE

Since 2000, waste management plans have been implemented in construction and public works sector, which has made possible waste traceability in sustainable construction projects. These plans have helped improve waste sorting, traceability and permitted the implementation of “clean construction site” charters, which are gathering various stakeholders of building and civil engineering works. Based on the “Grenelle de l’Environnement” (an important french law which develops environmentally friendly actions in several fields) (“new plans should give special priority to waste prevention, focused on reducing the quantity of waste produced and limiting their dangerousness”) and the Waste Framework Directive of 2008, ADEME (french public Agency of Environment & Energy) and ECOBATP LR (the Regional Resource Center for sustainable construction and renovation in Languedoc Roussillon) have published a guide for the development and the monitoring of waste prevention & management plans in construction and public works sectors, to help County Councils, which are in charge of this question. But in the area of ​​Pyrenees Orientales, no plan has been developed yet.

Pending the implementation of this departmental management plan, how the enterprises are dealing with the issue of waste management in the Regional Natural Park? We are seeing a very personalized organization of enterprises which are feeling neglected due to this lack of supervision, and are seeking advice from the French Federation of Building and Public Works, from Associations of Municipalities or from SYDETOM66 (the public organization in charge of domestic garbage management in Pyrenees Orientales) but also from Ariege (an adjoining department of Pyrenees Orientales), Spain… The lack of treatment sites for non-hazardous waste and the estrangement of existing ones are a real problem for construction sites management .

TOWARDS A QUALITATIVE APPROACH OF WASTE TREATMENT

However, waste management in buildings renovation projects is much more complex to implement because of the quantity and the type of materials which have to be handled.

This is the case of the former holiday resort of “La Solaze” where several MountEE projects are planned (school classes, multi activity room, restoration area, senior-living apartments).

This building, built in the 80’s, was closed in 2007 and left as is with furniture, kitchen equipments, bedding, curtains, and dishes. Some of these equipments were degraded due to some acts of vandalism which took place before the Community of Municipalities Capcir Haut Conflent became the owner of the building by a 30 years lease.

The owner wants to implement an exemplary approach and respect the “Grenelle” law with a reflection on waste management, giving priority to the re-use and recycling.

The Community of Municipalities has first organized the evacuation of the site’s furniture and equipment with a company of decluttering. The equipment in good condition (chairs, tables, kitchen items …) was kept to be reused in the project. Non-recoverable material has been sorted (treated wood, cardboard packaging, ferrous metals …) to be treated in a waste reception centre. However, 6 tons of “run-of-the-mill” waste (waste that cannot be sorted, because the waste reception centre does not offer a a treatment solution) were evacuated.

As for the more conventional demolition (finishing and structural works), the goal is to manage waste by setting up specific dumpsters. The challenge will be the cleanliness of the construction site, the reduction of the amount of waste and of their dangerousness and a good level of sorting and waste valorisation. The Community of Municipalities Capcir Haut Conflent also sought to give a social aspect to its action, with donations to associations (curtains, fabrics, mattresses, beds and bedsteads, armchairs, chairs, lamps). Bedding will also be reused for equipping mountain refuges managed by the Community of Municipalities

A LEGACY OF DANGEROUS PRODUCTS

The sustainable way of building also has to pay a particular attention to the use of sustainable products and materials. It also means dealing with original material in old building, like paintings, floors, drains, glues, which may contain dangerous substances, and then eliminate them. A management plan for hazardous waste has been established at the regional level.

Depending on the age of the building that has to be renovated, the presence of asbestos must be taken into account and determines the feasibility of the project, especially in terms of insulation. The necessary removal of the woodwork to provide comfort also becomes more complicated (impossibility to use frames in renovation). Containment is not always possible because of accessibility and fire safety rules, which require the modification of the openings. The conception must adapt itself to the legacy of the first users of the building (for example, the preservation of some openings which contain asbestos and will be covered by external wall insulation).

A campaign to remove asbestos with a containment is planned for the MountEE pilot building “La Solaze” in la Cabanasse which will be preserved.

Author: Cécile Copigny, Regional Natural Park of the Pyrenees Catalanes

*******

La gestion des déchets dans les projets de rénovation durable

La quantité de déchets de chantier du bâtiment et des travaux publics représente huit fois plus que celle des ordures ménagères. La quasi-totalité des déchets concernés  (inertes, non dangereux ou dangereux) est produite par la déconstruction-démolition, la réhabilitation et la construction neuve pour le bâtiment et les terrassements, canalisations, travaux routiers ou ferroviaires pour les travaux publics.

UN CADRE REGLEMENTAIRE

Il existe aujourd’hui une  traçabilité possible des déchets dans la construction du bâti durable grâce à la mise en place depuis 2000 de plans de gestion des déchets de chantiers du bâtiment et des travaux publics. Ces plans ont permis l’amélioration du tri sur chantier, la traçabilité du flux, et la mise en place de chartes chantiers propres liant les différents intervenants du BTP. En s’appuyant sur le Grenelle de l’Environnement (« les nouveaux plans doivent accorder une priorité particulière à la thématique de la prévention des déchets, axée sur une réduction des quantités des déchets produits et une limitation de leur dangerosité ») et la directive cadre déchets 2008,  l’ADEME et ECOBATP LR (Languedoc Roussillon) ont édité un guide pour l’élaboration et le suivi des plans de prévention et de gestion des déchets de chantiers du BTP, afin de guider les conseils généraux, dont c’est la compétence. Mais dans le secteur des Pyrénées Orientales, aucun plan n’est encore réalisé et opérationnel.

Dans l’attente de la mise en place de ce plan de gestion départemental, qu’en est-il de la gestion des déchets du BTP dans le territoire du Parc Naturel Régional ? On assiste à une organisation très personnalisée des entreprises qui, se sentant orphelines, se tournent tour à tour vers la Fédération Française du Bâtiment ou des Travaux Publics, les Communautés de Communes ou le SYDETOM66  mais aussi l’Ariège, l’Espagne… La raréfaction et l’éloignement des sites existants pour le traitement des déchets dits non dangereux est un réel problème pour la gestion des chantiers.

VERS UNE DEMARCHE EXEMPLAIRE DE TRAITEMENT DES DECHETS

Or, la gestion des déchets dans la rénovation de bâtiments est beaucoup plus complexe à mettre en œuvre du fait de la quantité et la nature des matériaux à prendre en compte dans le bâti déjà existant. C’est le cas du site de l’ancien centre de vacances de la Solaze sur lequel plusieurs projets MountEE sont programmés (classes scolaires, salles multi activités, espace de restauration, résidence séniors). Datant des années 1980, le bâtiment a fermé en 2007 et a été laissé en l’état avec mobilier, équipements de cuisine, literie, rideaux, vaisselle. Des dégradations liées à du vandalisme ont eu lieu avant que la Communauté de Communes Capcir Haut Conflent n’en devienne propriétaire par bail emphytéotique pour les 30 prochaines années. A son échelle, le maître d’ouvrage montre l’exemplarité de sa démarche et le respect de la loi Grenelle avec une réflexion sur le mode de traitement des déchets en privilégiant la réutilisation et le recyclage.

La communauté de communes a en premier lieu organisé l’évacuation des différents mobiliers et équipements du site en faisant appel à une entreprise de désencombrement. Le matériel en bon état (chaises, tableaux, éléments de cuisine…) a été conservé afin d’être réutilisé dans le cadre du projet. Le matériel non récupérable a été trié (bois traité, emballages cartons, métaux ferreux…) afin d’être traité en déchetterie. Néanmoins, 6 tonnes de « tout-venant » (déchets ne pouvant être triés, la déchetterie du secteur n’offrant pas de solution de traitement) ont été évacués.

Pour ce qui est de la démolition plus classique (second œuvre et gros œuvre), l’objectif est de procéder au traitement des déchets par la mise en place de bennes spécifiques. L’enjeu sera la propreté du chantier, la réduction de la dangerosité et la quantité des déchets avec un bon niveau de tri et de valorisation des déchets.

La communauté de communes Capcir Haut Conflent a également cherché à donner un caractère social à son action, notamment avec le dons à des associations de rideaux, tissus, matelas, lits et sommiers fauteuils, chaises, luminaires. De la literie a également été réutilisée pour équiper des refuges de montagne gérés par la CC.

D’autres projets-pilote MountEE, comme la Maison du Parc Naturel Régional à Olette, intègrent la gestion du tri des déchets, avec une démarche de chantier vert. Les déchets seront stockés dans différentes bennes selon leur nature afin d’assurer une traçabilité et le respect de l’environnement.

DES PRODUITS DANGEREUX EN HERITAGE

Bâtir durable aujourd’hui c’est porter une attention particulière à l’utilisation de produits et matériaux durables. Mais c’est aussi devoir gérer dans le bâti ancien les matériaux d’origines : peintures, sols, évacuations, colles qui peuvent contenir des substances aujourd’hui reconnues dangereuses. C’est enfin procéder à leur élimination. Un plan de gestion des déchets dangereux a pour ce faire été mis en place à l’échelle régionale.

Selon l’ancienneté du bâti à rénover, la présence d’amiante doit être prise en compte et conditionne la faisabilité du projet, notamment en termes d’isolation thermique. La dépose nécessaire des menuiseries pour apporter du confort s’en trouve plus compliquée (impossibilité d’utiliser les cadres en rénovation). Le confinement n’est pas toujours possible parce que les règles d’accessibilité et de sécurité incendie imposent la modification des ouvertures. La conception doit alors s’adapter à l’héritage laissé par les premiers utilisateurs du bâtiment (par exemple le maintien de certaines ouvertures dont les appuis contiennent de l’amiante et qui seront recouverts par de l’isolation en extérieur). 

Pour les projets pilotes MountEE du site de la Solaze à la Cabanasse, une campagne de désamiantage est programmée, avec un confinement des parties amiantées conservées.

Auteur: Cécile Copigny, PNR des Pyrénées Catalanes

Leave a Reply

Required fields are marked *.


*